en tete
n°9 - oct. 19
Entretien

Avec Simon - écripeintre

Simon
Votre dernier livre est aussi votre premier livre ?
- Au Corps de l'Inde a connu un destin inédit... C'est une jolie histoire. J'ai fait ce voyage de six mois en Inde en 1996. J'ai ensuite passé six mois enfermé à rédiger le texte. Pendant deux ans, j'ai cherché un éditeur, en vain. Personne n'en voulait. Catherine Domain, de la librairie Ulysse, m'a dit : « Personne ne publie des carnets de voyage. Fais-le tout seul. »
Je me suis gratté le crâne pour savoir comment trouver 100 000 francs pour éditer ça, 120 pages de textes et 120 dessins à l'encre. J'étais très déprimé. Ce voyage avait changé ma vie...
Quelques jours plus tard, à Saint-Malo, ma femme a remis le manuscrit à un certain Philippe Montillier, éditeur de La Boussole. Je n'y croyais pas du tout. Il publiait des livres de photos seulement. Il a lu Au Corps de l'Inde dans la nuit. Il est venu me dire, enthousiaste : « On le sort pour l'automne. » Dont acte. Ce livre dont personne ne voulait a été célébré par Le Monde, le Nouvel Obs, Télérama/Ulysse, Grands Reportages, etc, et défendu par les libraires. À ce moment-là, Michel Renaud est venu me voir ; il avait fondé le festival du Carnet de Voyage à Clermont-Ferrand avec une association. Il m'invitait. Je n'ai jamais oublié son passage un soir d'hiver en banlieue avec Gala, sa femme. Le livre a failli passer à Apostrophes. Envoyé trop tard. La biennale du carnet de voyage est née, en 2000. Résultat : 3000 exemplaires vendus en quelques mois. Un retirage, et puis fini. Le livre est donc introuvable depuis 15 ans.

Votre éditrice décide de le rééditer.
- Oui. Mais pour moi, c'est un autre livre. Il a changé de format, plus petit, moins cher, plus chic. Et le rapport texte-image a été complètement bousculé. Clémence la maquettiste, à la demande de Stéphanie de Bussierre, a fait un travail de refonte – c'est-à-dire de fusion entre le texte et l'image – que je trouve remarquable. Là, je me sens complètement "écripeintre". Le texte n'a pas été changé d'une virgule ; j'ai juste enlevé deux passages idiots - et il y a plusieurs croquis en plus. J'ai l'impression, en voyant le livre, que je viens de faire le voyage.

Focus
Couverture du livre Au corps de l'Inde de Simon aux éditions Akinomé
Au Corps de l'Inde
Simon 1995-2019
Format 16 x 20 cm
Prix : 24 euros

Autrefois salué par Jacques Meunier dans le Monde « la naissance d’un écrivain-voyageur ».
Aujourd’hui, ce livre, après vingt ans de périples asiatiques et de publications célébrées de l’auteur (Sahara, marche avec moi, Voyages d’encre, Angkor, le sourire du temps) fait figure de classique.
On y retrouvera la philosophie du voyage d’un précurseur, son humour, son empathie pour les peuples et sa griffe de dessinateur attaché à exprimer le foisonnement indien avec les moyens les plus réduits, des encres sépia à la plume et au pinceau.
Un classique toujours aussi percutant.
Actualités
Site
Venez découvrir la nouvelle version de notre site Internet !
Suite à un problème technique côté hébergeur, nous avons été dans l'obligation de refaire notre site entièrement, avec une livraison plus tardive que prévu, nous nous en excusons.
Retrouvez nous
Affiche du festival international de géographie 2019
Akinomé est présent au Festival international de la Géographie, qui a lieu chaque année à Saint-Dié dans les Vosges, et qui commence aujourd'hui (du 4 au 6 octobre).

Simon dédicacera Au Corps de l'Inde, son nouveau livre paru fin septembre, et Angkor, le sourire du temps.

Venez nous rencontrer et découvrir également les parutions de notre toute nouvelle collection, les petits carnets de voyage, avec : Balade Zen et Cité Sanpo.
Parle
Superaliments - DrGood-ete2019 - encart
Retrouvez Superaliments de Joelma Leitao dans le magazine Dr. Good ! de Michel Cymes, dans son numéro de l'été 2019.
facebook instagram youtube twitter pinterest