avec

Céline Lavignette-Ammoun

Présentation :

Céline Lavignette-Ammoun était professeur de philosophie.
Éditrice, elle écrit maintenant des histoires pour la jeunesse. Elle aime les livres, les mots, et partir au bout du monde avec un sac à dos. Elle vit aujourd’hui dans la région parisienne.

Biblio (extraits)
• Le Grand Méchant Tigre éd.Belin, 2018
• Indomptables, Samir Editeur, 2018
• Sakuya la princesse des fleurs de cerisiers
Céline Lavignette-Ammoun, Claire Degans,
éd. Chan-Ok, 2012
https://www.flammarion-jeunesse.fr/Auteurs/lavignette-ammoun-celine

 

Découvrez l’écriture aérienne et poétique de cette jeune auteure de Jeunesse. Céline prend pour sujet les enfants qui s’ennuient et qui se lient d’amitié avec des enfants différents.

Découvrir / Acheter

  • Céline, pouvez-vous vous présenter ?

Je n’aime pas trop parler de moi ! Disons, pour résumer, que le jour j’édite des manuels scolaires pour les lycéens et la nuit j’écris. Enfin, je n’écris pas autant que j’aimerais… Mais j’ai toujours un petit bout de projet sur le feu et deux ou trois idées qui mûrissent dans un coin de ma tête. Et puis, quand je ne fais pas des livres, je lis les livres des autres, notamment à mes deux filles… qui adorent les histoires !

 

  • Comment est né ce projet avec Akinomé ? 

Ce projet est né il y a plusieurs années par une rencontre virtuelle avec Baptistine, l’illustratrice. Nous ne nous sommes jamais rencontrées « en vrai », mais j’avais repéré son travail depuis longtemps et j’avais eu un vrai coup de coeur. Au hasard d’internet nous sommes entrées en contact et je lui ai envoyé quelques uns de mes textes. Elle a accroché avec Nao qui, à l’époque, s’appelait d’ailleurs Gaspard ! Le projet d’album était lancé… mais, après différents aléas, il a fallu plusieurs années pour qu’il prenne naissance. Entre temps il avait trouvé une maison d’édition pour l’accueillir : Akinomé.

 

  • Vous avez un goût particulier pour le Japon ? Vous y avez voyagé ?

Oui, j’aime ce pays qui me fait rêver. J’ai conscience que c’est probablement une image fantasmée, née des contes et des traditions qui me fascine… et pas forcément la réalité tangible du pays. Le Japon est en quelque sorte mon « musée imaginaire » avec lequel je nourris mon imagination. J’y suis allée tout de même deux fois et je rêve d’y emmener mes filles. D’ailleurs, elles savent déjà manger avec des baguettes et elles nous disent régulièrement : « Quand on ira au Japon… »

 

  • Vous pouvez nous parler de la genèse du personnage, Nao ?

Comme je le disais, au début Nao s’appelait Gaspard et n’avait rien de japonais. Le personnage est né au départ d’une image qui m’avait intriguée : j’avais vu un dessin d’un petit garçon dans une grande ville, regardant par la fenêtre. J’ai voulu imaginer ce que pouvait bien voir cet enfant de l’autre côté de la fenêtre et comment il pouvait se faire des amis malgré sa solitude. Je voulais le faire voyager par l’imagination et construire – au propre comme au figuré – tout un monde. Les enfants ont ce pouvoir de se créer des amis avec rien d’autre que quelques traits de crayon ou un bout de papier. C’est ce que je voulais montrer dans mon histoire !

 

  • Le livre procède par répétition et énumération, un oiseau, un chat, une grenouille… Ce côté ludique fonctionne très bien.

Merci ! C’est important qu’ un texte d’album sonne joliment. C’est un texte destiné à s’écouter plus qu’à se lire.

 

  • Vous pratiquez vous-mêmes les origamis ? Quels bienfaits la pratique des origamis entraîne-t-elle pour les enfants ?

Oui, j’aime bien l’origami, même si je ne suis pas une experte en pliage ! Cela vient d’abord d’un amour des jolis papiers. Et puis le geste lent et posé qu’impose la réussite d’un pliage a quelque chose d’infiniment reposant. Il faut être concentré, garder son calme si on n’y arrive pas et si on se retrouve « coincé »… mais c’est une vraie fierté quand un petit personnage sort du papier ! En cela, c’est une excellente école pour apprendre la patience et la confiance aux enfants.

 

  • Comment s’est passée la collaboration avec l’éditrice ?

Stéphanie a été présente tout au long du projet. Certaines grandes maisons d’édition tiennent parfois l’auteur d’un texte album éloigné du processus de création du livre. Ce n’était pas le cas avec l’éditrice d’Akinomé qui m’a permis de suivre toute la genèse du livre. Merci à elle !

 

Découvrez l’écriture aérienne et poétique de cette jeune auteure de Jeunesse. Céline prend pour sujet les enfants qui s’ennuient et qui se lient d’amitié avec des enfants différents.

Découvrir / Acheter

Pin It on Pinterest